Frais des supports

Définition

Les frais des supports sont à l’épargne ce que les prix des ingrédients sont à la cuisine. Quand vous cuisinez, les produits que vous manipulez ont un prix ; quand vous placez de l’argent dans des produits financiers, c’est à peu près pareil.

Que vous ouvriez une assurance-vie, un plan d’épargne en actions ou un compte-titres, vous allez forcément placer votre argent dans des supports d’investissements, c’est-à-dire des produits financiers plus ou moins rémunérateurs et plus ou moins risqués. Ces produits prélèvent eux aussi des frais. Ils ont donc un coût, un loyer. C’est ce coût qu’on appelle frais des supports.

Combien ça coûte

Tout dépend du support utilisé. Les fonds activement gérés coûtent cher, généralement 2 % par an, alors que les fonds passifs, comme les fonds indiciels ou les ETFs, coûtent en général moins de 0,5 % par an.

Échéance de paiement

Tous les ans, généralement facturés tous les mois.

Par exemple, si vous placez 10 000 € dans un ETFs qui prélève 0,25 % de frais par an, vous en aurez pour 25 € de frais à l’année, qui seront sans doute prélevés chaque mois.

La position de Yomoni

Yomoni utilise des supports peu coûteux, qu’on appelle ETFs, pour limiter vos frais sans amputer vos performances.

Les frais des supports s’ajoutent aux frais de gestion prélevés par le gérant et aux frais de l’enveloppe prélevés par l’assureur ou le teneur de compte.

Cela dit, il arrive que certaines banques ou certains assureurs ne publient pas les frais engendrés par les supports qu’ils utilisent. Ils se contentent alors de déduire les frais de ces supports lorsqu’ils calculent votre performance totale. Par exemple, si vous gagnez 6 % sur une année, et que vos supports vous coûtent 2 %, la banque ou l’assureur vous annoncera que vous n’avez gagné « que » 4 %.

C’est une ficelle hélas bien connue qui permet à certains assureurs d’afficher des frais de gestion ou des frais d’enveloppe très bas, pour se « payer » ensuite sur les frais des supports. Ce qui leur permet de rattraper le manque à gagner. C’est aussi la raison pour laquelle toutes les performances de Yomoni sont présentées nettes de frais, c’est-à-dire une fois tous les frais clairement déduits.