Définition

Rééquilibrer un portefeuille revient à acheter les actifs dont la valeur baisse, et vendre ceux dont la valeur monte, pour que le portefeuille reste à la fois cohérent et performant.

À quoi ça sert ? Chaque client est unique et son projet financier l’est tout autant. Certains épargnent pour leur retraite, d’autres épargnent pour acheter un appartement ; certains débutent dans la vie, d’autres filent vers la fin de leur carrière ; certains tolèrent le risque inhérent aux marchés, d’autres préfèrent voir leurs économies grandir doucement mais sûrement. Quand un client décide de placer ses économies chez un gérant, ce dernier prend en compte les contraintes de son client pour lui établir un portefeuille sur-mesure, adapté à son projet financier. On appelle ça l’allocation d’actifs. Le portefeuille de Pierre ne ressemble pas à celui de Paul, car Pierre n’a pas le même projet que Paul. Mais personnaliser une allocation ne suffit pas, le gérant doit aussi l’entretenir, la suivre de près, pour que la répartition des actifs reste cohérente avec celle initialement choisie par le client. C’est cette maintenance régulière qu’on appelle rééquilibrage.

Plus prosaïquement, rééquilibrer un portefeuille (rebalencement en anglais) consiste à en modifier la composition, pour que chaque classe d’actifs qui le compose conserve le même poids, représente la même part, au fil du temps. Dans le but d’obtenir une meilleure performance pour son client, le gérant va alors vendre les actifs qui se sont appréciés et acquérir ceux qui ont baissés — ou qui lui semblent sous-évalués. Les rééquilibrages de portefeuilles ont lieu plusieurs fois dans l’année, à intervalles réguliers.

Les rééquilibrages peuvent être déclenchés par des conditions de marché changeantes, qui chamboulent un portefeuille, mais ils peuvent aussi être demandés par un client, lorsque ce dernier souhaite augmenter ou diminuer sa prise de risque. Par exemple, un client qui approche de la retraite peut très bien demander à ce que la part d’actions contenue dans son portefeuille soit réduite. Une telle décision se traduirait par une modification de son allocation d’actifs et elle nécessiterait un rééquilibrage du portefeuille. Le gérant vendrait alors les actions du client, pour réduire leur poids, c’est-à-dire leur importance relative dans son portefeuille.

Avantages

Contrôle du risque

Les rééquilibrages de portefeuilles ont pour principal avantage de maintenir une allocation sur les rails, notamment en matière de risque. Prenons un exemple simple. Une personne relativement prudente décide d’investir 10 000 €, en les répartissant comme suit :

  • 40 % dans des actions françaises, soit 4 000 € ;
  • 60 % dans des obligations d’État peu risquées, soit 6 000 €.

C’est son choix, son allocation d’actifs spécifique. Quelques années plus tard, la Bourse ayant beaucoup progressé et les obligations ayant stagné, la personne se retrouve avec :

  • 9 000 € d’actions, soit 60 % de son portefeuille ;
  • 6 000 € d’obligations, soit 40 % de son portefeuille.

Tout l’inverse de ce qu’elle avait choisi au départ. Sa prise de risque a augmenté, bien malgré elle, et la voilà qui possède maintenant plus d’actions que d’obligations. Que faut-il faire pour corriger cet écart ? Un rééquilibrage de portefeuille. Bingo ! Cette personne va devoir vendre des actions et racheter des obligations pour ramener son portefeuille dans sa configuration de départ. Ce faisant, elle retrouvera son niveau de risque initial.

Absence d’émotions

Chez certains gérants, les rééquilibrages de portefeuille ont le mérite d’être automatiques, c’est-à-dire dépourvus d’émotions. Ils interviennent lorsqu’un portefeuille s’écarte un peu trop de son allocation initiale, sans aucun état d’âme — ce qui peut être un avantage en matière d’investissement, vraiment. Dans la mesure où le rééquilibrage d’un portefeuille implique de vendre les valeurs qui se sont appréciées, on comprend que certains investisseurs puissent être tentés par l’idée de s’en dispenser : qui a envie de vendre un titre qui monte ? Pourquoi changer une équipe qui gagne ? Tout simplement parce que le maintient d’une allocation équilibrée sur le long-terme aide à réduire les risques. En contraignant les investisseurs à régulièrement vendre certaines valeurs pour en acheter d’autres, les rééquilibrages automatiques leur évitent de se laisser duper par leurs propres émotions.

Inconvénients

Gymnastique mathématique

Rééquilibrer un portefeuille implique de garder un œil sur les pondérations relatives de chaque classe d’actifs qui le compose. Ce n’est ni simple ni excitant. Faire appel à un gérant pour s’en occuper à votre place n’est peut-être pas une si mauvaise idée, surtout si vous préférez vous concentrer sur autre chose que sur des calculs de pourcentages.

Coût de transaction

La question n’est pas de savoir s’il faut rééquilibrer un portefeuille ou non, mais à quelle fréquence et avec quelles conditions. Puisque les rééquilibrages impliquent d’acheter et de vendre des valeurs, ils ont un coût de transaction. Plus les rééquilibrages sont réguliers, plus ils coûtent à l’arrivée. La part d’actions d’un portefeuille vient de passer de 51 à 49 %, est-ce si dramatique ? Faut-il le rééquilibrer, quitte à y laisser plus cher en frais d’arbitrage qu’en performance gagnée ? C’est un calcul à faire, ou à faire faire.