Ne soyez pas votre pire ennemi

On parle souvent des risques des divers placements (les chutes de cours abruptes par exemple), mais les placements ne sont pas le seul risque, il y a aussi ce que vous en faites.

Placez-vous trop peu, trop tard ?

Il arrive certes que certaines personnes ne soient pas en mesure d’atteindre leurs objectifs, même en ayant fait tout ce qu’il fallait pour réussir. Oui, la fourmi peut se trouver démunie l’hiver venu. Mais pour être honnête, ça risque quand même beaucoup plus d’arriver à la cigale.

Une erreur bien connue est d’épargner trop peu, trop tard. Pour mettre 60 000 € de côté, vous pouvez épargner au choix 2 000 € par an pendant trente ans ou bien 20 000 € par an pendant trois ans. Si vous trouvez que mettre de l’argent de côté dès aujourd’hui est difficile demandez-vous si épargner 20 000 € par an est beaucoup plus simple.

Si vous savez pertinemment que le manque de volonté et la procrastination sont un risque dans votre cas, envisagez des placements avec des versements programmés. Si 250 € sont prélevés automatiquement tous les mois, en un an vous aurez mis 3 000 € de côté sans vous en rendre compte. C’est une bonne méthode pour les paniers percés.

Mettez-vous beaucoup de côté pour placer peu ?

L’avantage avec le risque de mettre trop peu d’argent de côté est que ce risque est bien connu. Et en France, ce n’est pas le plus gros problème : contrairement par exemple aux Anglais ou aux Américains les Français mettent généralement de l’argent de côté. Le problème est qu’ils n’en font rien, ils se contentent de thésauriser et de laisser tout cet argent dormir sur un livret A (il est sensé d’avoir de l’argent sur ces placements même sur le long terme, mais seulement une partie).

Si un Français veut avoir 60 000 € à la retraite, il mettra 60 000 € de côté. Or si cet argent était placé efficacement, il suffirait de mettre seulement 20 000 € ou 30 000 € de côté (voir la figure de « Rien ne sert de beaucoup épargner ; il faut bien investir »). Bien placer votre argent signifie que vous aurez besoin de moins épargner : au lieu de mettre annuellement 2 000 € de côté pendant trente ans, vous pouvez épargner 1 000 €, dépenser 1 000 €, et quand même avoir 60 000 € à la retraite.

Connaissance et vaccination

Une autre erreur courante est de ne pas garder le cap, par exemple vendre après une chute des cours et acheter des bulles.

Si vous paniquez quand vous voyez la valeur de votre investissement chuter, c’est que vous auriez dû choisir un placement moins volatil. Mais évidemment, en pleine tourmente boursière il est trop tard pour changer d’avis. C’est pourquoi vous avez tout intérêt à choisir une allocation d’actifs qui a le meilleur rendement possible, tout en ayant une probabilité de pertes en capital acceptable. Il vaut donc mieux se renseigner sur les risques et avantages des divers placements avant de commencer à investir.

Ensuite lancez-vous : placez 10 % de votre capital en Bourse pendant quelques mois pour tâter le terrain puis ajoutez de l’argent petit à petit. Vous ne pourrez pas perdre beaucoup d’argent, vu que vous n’avez pas placé beaucoup, mais vous vous habituerez à la volatilité des marchés. C’est comme un vaccin : vous faites une petite réaction qui vous évitera une grosse réaction plus tard.

On fait connaissance ?

Essayez-nous, ça n'engage à rien...

Simuler mon projet