Pour investir en actions, voyez à long terme

Les mouvements à la hausse et, surtout, à la baisse des marchés actions peuvent donner des sueurs froides. Pourtant, le revers de la médaille de cette volatilité c’est que les actions sont les actifs procurant la meilleure performance à long terme. Mais pour éviter de s’inquiéter à la moindre variation du marché, il faut bien comprendre le fonctionnement de la Bourse. 

La principale caractéristique des marchés actions est leur volatilité, c’est-à-dire que les titres évoluent quotidiennement à la hausse et à la baisse, selon une ampleur plus ou moins importante. C’est ce comportement qui permet de dégager de la performance. 

Lire notre article : Comment mesurer le risque d’un placement ? 

C’est pourquoi l’investissement en actions est celui qui permet de dégager la meilleure performance à long terme, malgré un risque de perte en capital à plus courte échéance. La nuance est importante : pour gagner de l’argent en Bourse, il faut avoir au grand minimum cinq ans devant soit. Même si, comme le veut la formule consacrée, les performances passées ne préjugent pas des performances futures, il suffit de regarder l’historique du CAC 40 pour le comprendre. Entre sa création fin 1987 et fin 2019, le CAC 40, calculé dividendes réinvestis, a gagné 1 524 %.

Évidemment, cette performance est loin d’être linéaire. À deux reprises, la courbe du CAC 40 s’est effondrée, lors des krachs boursiers de 2000 et 2008. Des situations que nous ne sommes pas à l’abri de voir se reproduire. 

Toutefois, à un horizon de long terme, le CAC 40 affiche une tendance nette à la hausse. Ainsi le taux de croissance annuel moyen de l’indice ci-dessus se chiffre à 9 %. De quoi confirmer son attrait par rapport aux autres actifs et placements. Quelques chiffres pour vous en convaincre. Depuis mi-2014, le rendement des emprunts d’État (OAT) à 10 ans, la référence des obligations souveraines en France, est passé sous la barre des 2 %. A l’heure actuelle, son rapport est même négatif ! 

Un intérêt qui ne se dément pas 

La Bourse est un marché et fonctionne selon la loi de l’offre et de la demande. La hausse des cours s’explique par l’appétence des investisseurs pour les actions : ils achètent. En période de baisse, ils vendent : l’offre est importante, les cours chutent. 

Et si les investisseurs se tournent vers les marchés actions, c’est notamment dans la perspective de toucher des dividendes. Détenir une action d’une entreprise revient à en être actionnaire, or les entreprises versent à ces derniers des dividendes, selon leurs profits. Mais ce qui intéresse les investisseurs d’aujourd’hui, ce sont davantage les profits de demain que ceux d’aujourd’hui. La Bourse fonctionne ainsi selon un principe d’anticipation sur les résultats, bénéfices, dividendes… 

Plusieurs moteurs de performance

Pour que les actions montent, il faut donc que les entreprises se portent bien. Cela dépend à la fois de la situation intrinsèque de la société mais aussi d’éléments d’ordre plus général comme la croissance économique. L’anticipation d’éléments positifs permet de faire grimper les cours : l’attente d’un nouveau brevet, la publication de résultats meilleurs qu’anticipés ou tout simplement une avancée technologique dans le secteur, par exemple. 

Parfois, une bonne nouvelle est annoncée, mais le cours de Bourse ne bouge pas. Les marchés ont en effet tendance à intégrer les bonnes nouvelles dans les cours avant même leur annonce. On dit ainsi, en s’inspirant de l’anglais, que la nouvelle est déjà « pricée ». 

Deux types de nouvelles peuvent contribuer à faire grimper les cours de manière imprévue : une annonce surprise - une mesure de soutien de la part d’une Banque centrale, une acquisition… ; ou la réduction d’un risque - comme la signature d’un accord commercial entre deux pays. 

Incertitudes et primes de risque

Croissance, géopolitique, stratégie d’entreprise et résultats financiers sont donc autant de données qui influencent les cours de Bourse, et qui ne sont pas entièrement prévisibles. D’où un facteur d’incertitude sur les marchés financiers. 

Cette incertitude est un risque, porté par les investisseurs. En échange, ils sont rémunérés par une prime de risque : un rendement supérieur à celui des produits sécurisés.  En investissant sur les marchés actions, soyez donc conscient du risque encouru et de la volatilité. Mais gardez ceci en tête : plus longtemps vous conserverez vos titres et plus vous aurez d’espérance d’atteindre un gain annualisé de 9 % environ, proche de la moyenne historique du CAC 40.

On fait connaissance ?

Essayez-nous, ça n'engage à rien...

Simuler mon projet